crowdfunding

Le crowdfunding ou financement participatif est un concept facilement compréhensible mais multiforme et vraiment varié dans ses applications. Au départ il y a toujours un projet et des investisseurs ou plus précisément des financeurs car le crowdfunding ne se limite pas à des investissements spéculatifs. Tout au contraire, il participe activement au financement de projets éthiques en permettant à tout un chacun de participer à sa mesure à des actions de toute envergure. Du financement d’une petite entreprise à l’autre bout de la planète, à la mise sur le marché de nouveaux produits sollicités et financés par les consommateurs eux-mêmes, le crowfunding n’a pas vraiment de limites. Découvrons ensemble plusieurs initiatives et adresses, parmi les plus représentative de ce concept dans l’air du temps.

Le pionnier, Kickstarter

https://www.kickstarter.com/

Kickstarter fait partie des plus grosses plateformes internationales de crowdfunding. La société mère est basée outre-atlantique mais le site se décline dans toutes les langues. La notoriété de ce site en fait l’une des plateformes de prédilection notamment pour le prototypage de nouveaux produits et leur mise en production, puis leur commercialisation. Vous avez une idée de génie à industrialiser ? Visitez Kickstarter sans tarder ! La plateforme se rétribue avec une taxe de 8 à 10% sur les financements.

Le géant local, Ulule

https://fr.ulule.com/

Ulule se présente comme le 1er site de financement participatif européen. Comme sur Kickstarter, vous pouvez financer des projets, selon des tranches de prix établies qui donnent droit à une contrepartie. Les entreprises proposent par exemple un échantillon, voire un produit, parfois un contact direct comme une invitation à boire le café dans les locaux. C’est aussi ça qui distingue le crowdfunding d’autres méthodes d’investissement : la proximité entre investisseurs et porteurs de projets. Dans l’autre sens les porteurs de projet bénéficient pleinement du fait de pouvoir échanger avec la communauté. La commission TTC d’Ulule varie de 5 à 8% selon le mode de paiement.

Deux autres grosses plateformes pourront peut-être aussi vous intéresser Indiegogo et Kisskissbankbank

Vous souhaitez porter un projet sur une plateforme de crowdfunding ?

Le concept est enthousiasmant en effet, mais dans sa réalisation il est important de bien calculer tous les frais. Le crowdfunding peut en effet générer une quantité de frais qu’il faut bien prendre en compte dans la globalité de son projet.

Les frais les plus évidents sont ceux générés par la plateforme de crowdfunding elle-même. La plateforme peut en prélever à divers niveau :

  • un droit d’entrée, ce qui est rare, le service est généralement présenté comme « gratuit ».
  • Des frais sur le financement global atteint, une sorte de bonus qui n’est encaissé par la plateforme que lorsque l’objectif est atteint.
  • Des frais de transaction sur chaque financement. Ces frais peuvent être énormes sur certaines plateformes qui n’hésitent pas à taxer 25$ sur des paiements internationaux par exemple.
  • Des frais de transaction en cas d’échec à financer la totalité du projet : on ne récupère rien et on paie des frais à la plateforme qui rembourse tous les investisseurs.
  • Des frais pour les investisseurs en cas d’échec du financement du projet. Dans ce cas ils ne récupèrent qu’une partie de leur financement.

Outre ces taxes plus ou moins importantes et annoncées dès le départ ou cachées dans des petites lignes d’un obscur contrat, les sommes récoltées sont taxées comme bénéfice commercial ou bénéfice exceptionnel selon le type de société et d’activité. Il convient donc de se rapprocher de son comptable pour bien mesurer l’impact de cette entrée d’argent en termes de taxation. Le dépassement d’un seuil de revenus est problématique pour certaines activités et certains statuts. Un jeune agriculteur peut par exemple perdre des aides, un auto-entrepreneur se voir lourdement imposé. Chaque financement doit donc être analysé dans sa globalité en prenant bien compte de toutes les charges qui vont lui incomber. Le calcul est différent pour chaque situation, un don n’est par exemple pas imposé de la même manière qu’un donc avec contrepartie qui est alors considéré comme une vente.

On le voit, le choix d’une plateforme de crowdfunding n’est pas chose aisée. Il est préférable de faire son choix parmi les solutions qui affichent une certaine notoriété et bénéficient d’assez d’avis clients pour pouvoir évaluer les forces et faiblesses.

Dans une optique professionnelle, les campagnes de crowdfunding les plus réussies sont conçues comme de véritables actions marketing avec un travail d’image et de communication qui peut représenter une part conséquente du budget final. Certains secteurs ne sont toutefois pas à l’abri de se faire voler des idées, c’est là aussi une des limites du crowdfunding.

Le crowfunding se décline sur une offre pléthorique de plateformes. Certaines interviennent sur des niches très précises, d’autres ont vocation à être plus polyvalentes. Sur cette page vous trouverez plus d’une vingtaine de plateformes de crowdfunding, la plupart françaises.

Vous avez une expérience du crowdfunding en tant que porteur de projet ou investisseur ? N’hésitez pas à partager vos avis et conseils grâce aux commentaires.

 

 

 

Enregistrer

Enregistrer

http://silvermag.fr/wp-content/uploads/2017/10/crowdfunding.jpghttp://silvermag.fr/wp-content/uploads/2017/10/crowdfunding-150x150.jpgGastonArgentSociétéLe crowdfunding ou financement participatif est un concept facilement compréhensible mais multiforme et vraiment varié dans ses applications. Au départ il y a toujours un projet et des investisseurs ou plus précisément des financeurs car le crowdfunding ne se limite pas à des investissements spéculatifs. Tout au contraire, il...Le magazine de la génération silver